La gourmandise et la luxure - Stéphane Mercier

La gourmandise et la luxure

Si l’association des deux péchés capitaux de gourmandise et de luxure peut surprendre au premier abord, elle se justifie d’après l’étroite similitude des mécanismes qui les gouvernent. Les plaisirs du ventre et du bas-ventre, bien qu’ils soient certes distincts et que les premiers soient ordinairement plus modérés que les seconds, sont en effet, complices dans le crime : ils aspirent à l’assouvissement d’un désir immodéré de posséder, de s’assimiler, d’assouvir une faim pour le plaisir des sens.
Puisqu’il en va souvent du désir de la chair comme du désir de la chaire, on traitera ensemble ces deux désordres fonciers, et d’autant plus volontiers que, le terrain de la chaire étant moins glissant que celui de la chair, il suffira, pour bien comprendre ce qu’il vaut mieux taire à propos du second, de saisir les ressorts analogues du premier.

Date

14 Déc 2021

Heure

19h30 - 21h30

Lieu

Maison du Roy d’Espagne
Grand-Place 1, 1000 Bruxelles
Je m'inscris

Conférencier